Cancer et alimentation : ce qu’il faut savoir

Selon différentes études les facteurs nutritionnels ont un fort impact sur le risque ou non de développer un cancer. Même si des incertitudes existent encore sur le rôle de chacun, les études montrent que généralement les régimes alimentaires privilégiant les fruits, les légumes, mais également les fibres réduisent les risques de développer un cancer.

Cancer et alimentation : ce qu’il faut savoir
Cancer et alimentation : ce qu’il faut savoir

Prévention des cancers et alimentation

40 % des cancers qui se déclarent sont en lien direct avec le comportement et le mode de vie au quotidien. Il est prouvé notamment que consommer en excès du sucre favorise les risques de développer le cancer du sein notamment, ou bien du pancréas.

On sait déjà qu’en luttant contre le tabagisme,  on réduit les risques de cancer. Il en est de même avec  l’alimentation. La recherche contre le cancer a démontré que l’alimentation fait partie des leviers sur lesquels on peut agir pour la prévention des cancers.
La façon dont on s’alimente peut avoir une incidence à la fois :
– comme protection (à l’image des fibres que l’on retrouve dans les céréales complètes, les légumes secs et également dans les fruits et les légumes),
– mais également comme facteur de risque (alcool, viandes rouges, sel ou encore charcuterie consommés en excès peuvent favoriser le développement d’un cancer).

Attention cependant : il ne faut pas croire qu’il y aurait un aliment miracle contre le cancer. Mais il s’agit d’atteindre un équilibre de consommation entre les aliments qui protègent et ceux qui peuvent jouer un rôle dans l’apparition du cancer.

Un exemple ? On sait notamment que la myrtille est une baie particulièrement bénéfique pour les yeux. Une autre étude américaine, montre que la consommation régulière d’épinards (au moins une fois par semaine) serait efficace pour protéger l’œil de toute dégénérescence, voire du cancer de l’œil.

Les aliments à privilégier

En ayant une consommation régulière de fruits et de légumes, les chercheurs ont montré un lien avec une diminution du risque de développer différents types de cancers (bouche, pharynx, larynx, estomac, œsophage, etc.).

Les aliments non transformés de façon industrielle, pauvres en sel, mais riches en vitamines, en fibres alimentaires (à l’image des produits céréaliers complets) et en minéraux sont à privilégier.

Au niveau des produits laitiers, c’est-à-dire le lait, les yaourts, les fromages blancs ou encore les fromages frais ou affinés, ils ont leur importance dans la prévention du cancer colorectal.

Le Programme national nutrition santé (PNNS) préconise la consommation de 3 produits laitiers par jour en variant (fromage, lait, fromage blanc, yaourt).

En ce qui concerne les fruits et les légumes, il est recommandé d’en consommer minimum 5 portions par jour (exemple : 3 portions de fruits et 2 de légumes ou bien 4 portions de légumes et une de fruits). Cela équivaut à environ 400 g et cela qu’ils soient frais, crus, surgelés ou bien en conserve.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *