Pour une hygiène dans une cuisine collective qui soit irréprochable

L’hygiène dans une cuisine collective doit être irréprochable. Il en va de la santé de nombreuses personnes : celles qui consomment la nourriture manipulée dans ces cuisines, ainsi que celles qui y travaillent. Explications et exemples de bonnes pratiques, comme l’installation de plaque composite au niveau des cloisons des chambres froides par exemple, ne laissant pas passer l’humidité dans la pièce où sont stockés les aliments frais.

Les enjeux autour de l’hygiène dans une cuisine collective

Concernant l’hygiène dans une cuisine collective, le gros enjeu consiste à recevoir les aliments pour les transformer et les distribuer, tout en empêchant la multiplication des microbes et autres bactéries. Ces derniers sont responsables de l’altération des denrées, ainsi que des maladies alimentaires.

Ces pourquoi, les responsables de restaurations collectives sont dans l’obligation d’être vigilants dans ce domaine, régit d’ailleurs par plusieurs textes législatifs. Pour cela, ils peuvent s’appuyer sur les guides pratiques d’hygiène et d’application des principes HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point, signifie en Français, « analyse des dangers – points critiques pour leur maîtrise »). Il s’agit d’une méthode de maîtrise de la sécurité sanitaire des denrées alimentaires élaborée aux États-Unis par un laboratoire dépendant de la NASA.

Quelques exemples de bonnes pratiques

Il existe un certain nombre de bonnes pratiques pour limiter les intoxications alimentaires ou alors, pour retrouver rapidement les traces d’un contaminant :

  • Maîtriser la chaîne du froid aux différentes étapes de vie d’une denrée : stockage, manipulation, distribution…
    Il est important de réaliser régulièrement des contrôles.
  • La conception des locaux : elle doit permettre d’éviter le développement de micro-organismes et de faciliter leur entretien. Par exemple, les sanitaires et vestiaires doivent se trouver loin de la cuisine pour éviter de la contaminer avec des poussières, cheveux, etc. L’installation de plaques composites ou de dalles pour plafond suspendu, résistantes à l’humidité et aux lavages haute pression, peut aussi faire partie des bonnes pratiques en matière d’hygiène dans une cuisine collective.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *